renard


renard

renard [ r(ə)nar ] n. m.
• 1240 Renart n. pr.; du frq. Reginhart, nom donné à l'animal dans « le Roman de Renart »; a éliminé goupil
1Mammifère carnivore (canidés), aux oreilles droites, à la tête triangulaire assez effilée, à la queue touffue, au pelage fourni. Renard commun, à pelage jaune roux. Renard argenté. Chasse au renard. Cri du renard. glapissement. Renard qui attaque un poulailler. Terrier du renard. Les renards transmettent la rage. Le renard a une réputation d'adresse et de ruse (cf. ci-dessous, 3o). « Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris » (La Fontaine). « Le corbeau et le renard », fable de La Fontaine. Par ext. Renard bleu. isatis. Renard des sables. fennec. Renard volant. roussette.
2Peau, fourrure du renard apprêtée. Manteau de renard. Porter un renard argenté.
3(XIIIe) Fig. Personne fine et rusée, subtile. Un fin renard. « La souplesse et la ruse de ces vieux renards » (Montherlant).
4Loc. pop. (fin XVe) Vx Écorcher le renard, piquer un renard : vomir. — Mod. Un renard : un vomissement.
5(XIXe) Fig. et vx Mouchard, espion. mouton. Ouvrier qui refuse de faire grève. jaune. « L'unanimité ne régnait pas parmi les grévistes sur les méthodes à suivre avec les renards » (Aragon).
6Techn. (par compar. avec la queue du renard) Fente, trou par où se perd l'eau d'un canal, d'un bassin, de la coque d'un navire.

renard nom masculin (francique Reginhart, nom du héros du Roman de Renart ) Mammifère carnivore voisin du chien, à la queue touffue, aux grandes oreilles, au museau pointu et au pelage roux, qui passe pour un chasseur très rusé. Fourrure de cet animal (renard roux, renard argenté, renard gris). Personne rusée et fourbe. Mur aveugle, décoré sur le modèle d'un autre, percé de baies, qui lui est symétrique. Développement progressif d'une fuite à travers un barrage ou une digue. ● renard (citations) nom masculin (francique Reginhart, nom du héros du Roman de Renart ) Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort près de Clermont-Ferrand 1740-Paris 1794 Académie française, 1781 Amitié de cour, foi de renards et société de loups. Maximes et pensées Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris. Fables, le Renard et la Cigogne Napoléon Ier, empereur des Français Ajaccio 1769-Sainte-Hélène 1821 Je sais, quand il le faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard. Cité par Talleyrand dans Mémoires, I Antoine de Saint-Exupéry Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944 — Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. Le Petit Prince Gallimard Suétone, en latin Caius Suetonius Tranquillus vers 69-vers 126 Un renard change de poil, non de caractère. Vulpem pilum mutare, non mores. Vies des douze Césars, Vespasien, XVI Commentaire Mot d'un bouvier, esclave de Vespasien et à qui celui-ci, après son élévation à l'empire, refusait la liberté à titre gratuit, sans prélèvement sur son pécule. Suétone cite le mot comme témoignage de l'avarice de Vespasien. Pindare Cynoscéphales, près de Thèbes, 518 avant J.-C.-Argos ? 438 avant J.-C. Jamais le renard fauve et les lions rugissants n'échangeront entre eux leur nature. Onzième Olympique, 20 Plutarque Chéronée, en Béotie, vers 50 après J.-C.-Chéronée, en Béotie, vers 125 « Partout où la peau du lion ne peut atteindre, il faut y coudre celle du renard. ». Vies parallèles, Vie de Lysandre, VII (traduction D. Ricard) Commentaire Mot attribué à Lysandre. Talmud C'est un opprobre pour le lion de pleurer face au renard. Talmud, Tana Deve Eliyahou, 225 renard (expressions) nom masculin (francique Reginhart, nom du héros du Roman de Renart ) Renard de mer, requin à museau court et rond, à la longue caudale dissymétrique, commun sur les côtes d'Europe (taille 6 m pour 500 kg). Renard polaire, nom usuel de l'isatis. Renard des sables, autre nom du fennec.

Renard
(André) (1911 - 1962) syndicaliste belge qui défendit les intérêts de la Wallonie face au mouvement flamingant.
————————
Renard
(Jules) (1864 - 1910) écrivain français; moraliste amer: Poil de Carotte (roman, 1894, puis pièce en un acte, 1900), Histoires naturelles (roman, 1896). Son volumineux Journal (1887-1910) fut publié à partir de 1925. Théâtre (naturaliste): le Plaisir de rompre (1897), le Pain de ménage (1898).
————————
Renard
n. m.
d1./d Mammifère carnivore (Fam. canidés) à la fourrure épaisse, au museau pointu, à la queue longue et touffue.
d2./d Fourrure de cet animal. Veste de renard.
d3./d Fig. Homme rusé. Un vieux renard.
Encycl. Les vrais renards appartiennent tous au genre Vulpes; les autres canidés qui portent le nom cour. de renard (genres Alopex, Urocyon, Cerdocyon, etc.) ont seulement l'aspect extérieur des Vulpes. Le renard roux (Vulpes vulpes) est le renard commun d'Eurasie et d'Amérique du Nord; le renard argenté, de la même espèce, est recherché (et élevé au Canada) pour sa fourrure. Le renard polaire ou isatis (Alopex lagopus) a également une fourrure appréciée. En Afrique, l'espèce la plus commune est le renard pâle (Vulpes pallida).

⇒RENARD, subst. masc.
A. — ZOOLOGIE
1. Mammifère carnivore (de la famille des Canidés) qui se caractérise par une tête triangulaire, de larges oreilles pointues, dressées, des yeux obliques, un museau effilé, un corps allongé, des pattes assez courtes, une longue queue touffue, un pelage épais, roux chez l'espèce commune, et qui est réputé pour sa finesse, sa prudence. Renard roux; battue, chasse au renard. Le renard a des ruses qu'il faut déjouer (...). J'ai observé, la nuit, des renards qui chassaient le lapin. Ils avaient organisé une vraie battue (...) ce n'est pas facile de déloger un renard de son terrier (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 63). V. fauve ex. de Genevoix:
Ils s'accouplent en décembre, durant les longues nuits limpides (...). C'est à cette pâleur vive que les renards se cherchent et s'appellent. Couverts de leur plus riche fourrure, paraissant d'or clair quand ils sont roux, et quand ils sont gris d'argent pur, ils errent (...). Ils glapissent, ils aboient, ils miaulent...
PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 142.
Roman de/du Renard/Renart. Recueil médiéval de fables satiriques où le renard personnifie la ruse. Le renard, qui s'appelait goupil (...) doit le nom qu'il porte aujourd'hui à la vogue extraordinaire dont jouit autrefois le roman du Renard (SARCEY, Mot et chose, 1862, p. 201).
2. [Avec déterm. spécificateur]
Renard arctique, polaire. Renard de l'Arctique, caractérisé par un pelage qui devient blanc en hiver. Le renard arctique est un animal vif, élégant et gracieux. (...) il déploie (...) autant de finesse que d'adresse pour se saisir de quelques poissons (ROUCH, Régions polaires, 1927, p. 180). Cas du Renard polaire (...) : dans l'Arctique européen et américain où ce Carnivore subsiste essentiellement aux dépens des Lemmings, ce Renard présente un cycle parallèle à celui de ses proies (Zool., t. 4, 1974, p. 889 [Encyclop. de la Pléiade]).
Renard bleu. Variété de renard polaire, à pelage long, épais, moelleux, généralement blanc bleuâtre ou nuancé de beige en hiver, très recherché. V. glouton2 ex. de Boule, isatis ex. de R. Thévenin.
Renard argenté. Renard d'Amérique du Nord, à long pelage soyeux, noir, mêlé de blanc, très recherché. Une faune américaine ignorée de l'Europe (...), renards rouges ou argentés (...) retrouvaient avec plaisir ce climat violent de leurs plaines (MORAND, New-York, 1930, p. 242).
Renard blanc. Renard à pelage blanc. Les renards blancs ou bleus sont couverts en été d'une livrée grise qui leur donne l'aspect d'un animal galeux (D'ORLÉANS, Chasses arct., 1911, p. 1).
Renard charbonnier. Renard à pelage parsemé de noir. Gris il l'est sur la tête et le corps, queue et pattes restant noires (...). Ce renard-là est dit « charbonnier » (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 131). V. charbonnier ex. de H. Bazin.
Renard des sables. Synon. pop. de fennec. Ce ravissant renard des sables mesure de 35 à 38 cm de sa truffe d'un noir brillant à l'extrémité sombre de sa queue en panache, ocrée comme son corps (...) toute la personnalité (...) est dans la tête (...) en forme de triangle (...) surmontée d'oreilles démesurées (M.-L. VIDAL DE FONSECA, Les Animaux de bonne compagnie, 1976, p. 374).
Rem. Renard des sables désigne aussi le renard pâle et le renard du Tibet, qui sont des renards au sens strict (du genre Vulpes), tandis que le fennec est un canidé d'un autre genre. De même, le renard arctique/ polaire, le renard bleu et parfois le renard argenté appartiennent à un autre genre et représentent des empl. p. ext.
3. P. méton.
a) Fourrure du renard apprêtée pour confectionner ou orner des vêtements et des coiffures. Col, cravate de renard. Les enfants s'amusaient de sa lévite jaune fourrée de renard et du haut bonnet de même poil (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 27). Mizzi portait un gros manteau de renards roux, presque jaunes, qui la faisait ressembler à un poussin, tout rond dans son duvet (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 129).
En partic. Dépouille complète du renard, portée en guise de parure autour du cou, sur les épaules. Porter un renard. Cette dame en gris, assaillie par deux renards qui semblaient vouloir lui dévorer les épaules, était la distinguée Mme Pépin (H. BAZIN, Tête contre murs, 1949, p. 326).
b) Représentation de cet animal, à valeur décorative, symbolique. Fibules à tête de renard (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 305). Les armoiries dont les figures ont un rapport direct avec le nom de famille comme (...) Renard, un renard (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 749).
B. — P. anal. (d'aspect)
1. Personne (homme généralement) qui évoque un renard par son aspect physique. Le vicaire, gros homme, frais, forte encolure, des yeux fins et obliques: lion et renard (MICHELET, Journal, 1834, p. 137). Roux (...) et l'œil creux dans une face de renard, grippée, futée, chafouine (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 229).
2. a) Ce qui rappelle un renard par sa forme, etc. Le passage de l'eau serait difficile. Il resta longtemps à la regarder filer avec des bonds de renard (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 115).
(Couleur) de renard, queue de renard. D'un roux ardent. Les hautes graminées (...) passent du vert sombre au roux « queue de renard » (...). Elles prennent cette couleur fauve tout le long d'un petit panache (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 73).
b) Spécialement
Arg., pop., vieilli. (Queue de) renard. Synon. de vomissement, vomissure. Quelque chose qu'il ne peut pas retenir lui échappe avec la violence d'une fusée; il s'est avancé vers la portière, dans l'espoir d'y lancer son renard (KOCK, Compagn. Truffe, 1861, p. 113). De grands silences se faisaient, coupés par (...) des chutes sourdes d'ivrognes (...) le vin coulait si fort depuis six heures, qu'il allait se promener sur les trottoirs. Oh! de belles fusées, des queues de renard élargies au beau milieu du pavé (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 772).
Loc. Aller au renard, écorcher le renard, piquer un renard. Vomir. On en avale un verre, deux verres, dix verres sans piquer de renard; mais quand on en a jusqu'au goulot, finalement, faut dégueuler (La Petite lune, 1878-79, n ° 13, p. 2). Ça chlinguait drôlement (...). Ça (...) donnait envie d'aller au renard (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 146).
BOT. Queue-de-renard. V. queue.
JEUX. Jeu du renard. Jeu pratiqué sur un damier et où la pièce appelée renard attaque d'autres pièces appelées poules. Ayant mis la main sur un échiquier, je lui appris le jeu des poules et des renards, qui le passionna (GIDE, Isabelle, 1911, p. 624).
TECHNOL. ,,Dans la paroi d'un canal ou d'un bassin, fente ou trou par où l'eau se perd et qu'il est difficile de découvrir`` (PLAIS.-CAILL. 1958). Les pertes imputables aux renards qui se produisent dans les talus ou dans le plafond du canal (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 359).
ZOOLOGIE
Renard (marin). ,,Poisson du genre des squales (...). Il a le lobe supérieur de la nageoire de la queue de la longueur du corps; la peau (...) bleuâtre sur le dos et blanche sous le ventre; la tête courte; le museau pointu`` (BAUDR. Pêches 1827). Des renards marins, longs de huit pieds et doués d'une extrême finesse d'odorat, apparaissaient comme de grandes ombres bleuâtres (VERNE, Vingt mille lieues, t. 2, 1870, p. 76).
Renard volant. Grande chauve-souris. Fougères arborescentes, entre lesquelles passaient d'énormes chauves-souris, justement nommées des renards volants (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 205).
C. — P. anal. (d'attitude)
1. a) Parfois péj. Homme rusé, parfois perfide, fourbe. Fin, vieux renard. Ce n'était qu'un filou parmi des brigands, un renard dans une bande de loups (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 75). Tu es fin, sagace, un vrai renard (BERNANOS, Joie, 1929, p. 651). V. lion ex. de Lemaitre, loup ex. de Rolland.
b) Arg., pop., vx
[Chez les Compagnons] ,,Aspirant compagnon`` (LARCH. 1861, p. 233). [Le compagnon charpentier:] renard, va m'acheter du tabac. L'aspirant savait que tout « renard » doit obéir à un « compagnon » (D'ESPARBÈS, Lég. outil, 1903, p. 4).
Renard de liberté. ,,Postulant compagnon refusé après les épreuves d'initiation`` (FRANCE 1907). — Je suis renard de liberté (...) Vous n'êtes point maçon? J'ai voulu en tâter. Compagnon du Devoir! Ah! c'est de belles duperies tout ça! (...), on ne veut pas que les gens pensent: « Il a reculé devant les épreuves » (H. LE ROUX, ibid.). Charpentier non affilié au « Devoir » (d'apr. ESN. 1965). Tu n'appartiens à aucune société constituée. Tu n'as pas de Devoir, ou bien tu es un révolté, un indépendant, un Renard de liberté (SAND, Compagn. Tour de Fr., Paris, M. Lévy, 1869 [1840], p. 68).
[Chez les bagnards] Mouchard. De fortes haines ont dû souvent s'élever dans les chiourmes contre ceux des condamnés qui trahissent la cause commune et se font renards ou moutons (ALHOY, Bagnes Rochefort, 1830, p. 182).
Ouvrier qui refuse de faire grève. Synon. jaune. (Dict. XXe s.).
2. [P. allus. littér.]
a) [P. allus. à l'A.T., Juges 15, 4-5; pour exprimer un danger, une cause de destruction] La littérature immonde a servi à pourrir l'Allemagne. C'est le renard à la queue enflammée qu'on lance dans les vignes des philistins (BARRÈS, Cahiers, t. 9, 1911, p. 260).
b) [P. allus. à Plutarque, Vie des hommes illustres, trad. par Amyot, Paris, Club fr. du livre, t. 1, 1967, p. 100, § 37; pour exprimer l'emprise d'une idée ou d'une souffrance courageusement supportée] Montaigne se peut étudier (...) au sein de Pascal. Il fut pour lui à certaines heures le renard de l'enfant lacédémonien, le renard caché sous la robe; Pascal en était souvent repris, et mordu, et dévoré (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 395).
c) [P. allus. aux Fables de La Fontaine]
[Fables I, 2: Le Corbeau et le renard; pour exprimer l'art de tromper par la flatterie] La ville au séjour enchanteur, — comme disent les impudens flagorneurs, les renards mangeant le fromage d'une bourgeoisie ignorante, orgueilleuse (BOREL, Champavert, 1833, p. 222). V. corbeau ex. 2.
[Fables I, 18: Le Renard et la cigogne; pour exprimer la situation désavantageuse où se retrouve celui qui a voulu abuser autrui ou traduire une forme de désaccord, d'inadéquation] Il jouait un rôle fort gauche, le rôle des coups et des risées. Le capitaine en était tout penaud. Il éprouvait cette espèce de honte que notre La Fontaine a définie si admirablement: Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 388). V. amphore ex. 3.
[Fables III, 11: Le Renard et les raisins; pour exprimer un mépris feint à l'égard d'une chose qui reste hors d'atteinte] Lui, n'arrive pas à décrocher de son échec. Quand les raisins sont inaccessibles, il ne doit pas dire: « Ils sont trop verts », ce qui, estime Janet, est une vraie ruse de renard contre la psychose menaçante (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 452). V. beauté ex. 27.
3. Loc. fig.
Se confesser au renard. V. confesser II A 1 b. (Dict. XIXe et XXe s.).
Coudre la peau du renard à celle du lion. V. coudre1 A 1 a loc.
Faire la guerre en renard. Faire la guerre en déployant des ruses. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prendre martre pour renard. V. martre proverbe.
Pop. Tirer au renard. [Le suj. désigne un animal, notamment un cheval] Tirer sur la bride, essayer de se dégager. Le cheval, un instant, tire au renard (...) s'écarte (VIALAR, Éperon arg., 1952, p. 53). [Le suj. désigne une pers.] Essayer d'esquiver une tâche, des obligations. (Dict. fin XIXe et XXe s.).
Vendre la poule au renard. ,,Trahir les intérêts qui nous sont confiés`` (LITTRÉ). Nos métayers sont des fripons qui vendent la poule au renard; leurs valets me semblent comme à vous les plus méchants drôles (COURIER, Pamphlets pol., Lettres partic. 1, 1820, p. 55).
Un bon renard ne mange pas les poules de son/du voisin. V. poule1 I A 4.
D. — Loc. adv., rare. À la renarde. D'une manière qui évoque l'aspect physique ou le comportement du renard (ou de la renarde). Le nez révélait des gourmandises et des sensualités faciles. Le profil s'aiguisait à la renarde (LA VARENDE, Roi d'Écosse, 1941, p. 26).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Déb. du XIIIe s. savoir de renart « être maître dans l'art de tromper » (Roman des sept sages, éd. J. Misrahi, 2250); b) ca 1223 adj. « rusé, fourbe » (GAUTIER DE COINCI, éd. V. F. Koenig, II Mir. 23, 263); ca 1259 subst. (RUTEBEUF, Du Pharisien, 80 ds Œuvres compl., éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 253); 2. a) 1247 zool. (doc. ds DU CANGE, s.v. tesura2); 1589 jeu du renard (ap. BONNAFFÉ, Inventaire des meubles de Catherine de Médicis, p. 89 ds IGLF); b) 1797 « peau, fourrure de renard apprêtée » (Voy. La Pérouse, t. 3, p. 148); 3. fin du XVe s. écorcher le renard « vomir » (MOLINET, Faits et dits, éd. N. Dupire, p. 738, 71: Renars escorchier); 4. a) 1578 « sorte de poisson » (DU BARTAS, 1ère Sem., 5e J., p. 224 ds HUG.); b) 1611 regnard de mer ichtyol. (COTGR.); 5. sens techn. a) 1676 « pierre attachée au bout d'une ficelle, servant aux maçons à déterminer la verticale » (FÉLIBIEN, p. 720); b) 1678 « espèce de rose des vents » (GUILLET, IIIe part.); c) 1690 « fente, trou par où se perd l'eau (d'un canal, d'un bassin) » (FUR.); d) 1904 « sonnerie de trompe indiquant que les chiens de meute viennent de lancer un renard » (Nouv. Lar. ill.); 6. a) 1829 « mouchard, espion » (d'apr. ESN.); b) 1839 « aspirant compagnon » (ibid.); c) 1909 « ouvrier non affilié à un syndicat, ou qui refuse de faire grève » (ibid.). Empl., comme n. commun, de Renart, nom du héros du Roman de Renart, qui remonte au frq. Reginhart. La forme latinisée Reinardus se trouve dans l'Ysengrimus de Nivardus (1151-52), précurseur du Roman de Renart (BOSSUAT, Le Roman de Renard, p. 68). A remplacé l'a. fr. volpil, goupil, qui s'est maintenu jusqu'au XVIIe s. Fréq. abs. littér.:830. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 1 031, b) 1 095; XXe s.: a) 1 222, b) 1 327.
DÉR. 1. Renardé, -ée, adj. Qui évoque le renard. Lion renardé. Des têtes d'avoués, — fines, retorses, renardées, — ou des têtes d'imbéciles (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1205). []. 1res attest. a) 1694 « (ambre gris) qui a une couleur noirâtre » (CORN.), 1870 « (ambre jaune) qui a une couleur noirâtre » (LITTRÉ), b) 1752 « (parfum) éventé » (Trév.), c) 1862 « qui dénote de la ruse » (GONCOURT, loc. cit.); de renard, suff. . 2. Renardier, -ière, adj. et subst. masc. a) Adj. ,,Qui appartient au renard`` (LITTRÉ). En évaluant à cinq cents individus le nombre de la population renardière des autres départements, nous resterons certainement au-dessous de la vérité (Journ. offic., 27 oct. 1876, p. 7708, 1re col., ibid.). P. anal. Qui évoque le renard. C'était une émulation de saleté [entre Mlle du Tesson et Pénélope] (...), un tournoi d'exhalaisons renardières, de remugles, de relents (BLOY, Hist. désobl., 1894, p. 76). b) Subst. masc. Celui qui a charge de détruire les renards. (Dict. XIXe et XXe s.). [], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1718. 1res attest. a) fin du XVe s. supra sens b (Compt. de la vénerie de Ch. VIII, p. 10, Lyon, Perrin ds GDF.), b) 1562 raisin renardier « raisin dont la grappe a la forme d'une queue de renard » (DU PINET, trad. de l'Histoire naturelle de Pline d'apr. FEW t. 16, p. 688b), 1611 « qui appartient, est relatif au renard » (COTGR.); de renard, suff. -ier.
BBG. — COUNSON (A.). Noms épiques entrés dans le vocab. commun. In: [Mél. Chabaneau (C.)]. Rom. Forsch. 1907, t. 23, p. 411. — GAMILLSCHEG (E.). Z. fr. Spr. Lit. 1930-31, t. 54, p. 211. — LENOBLE-PINSON (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, pp. 38-42, 200, 221, 302-310. — QUEM. DDL t. 19, 21. — TALLEZ (P.). À propos du mot renard. R. de Gascogne. 1911, t. 11, pp. 179-181; 1912, t. 12, p. 139. — THOMASSON (DE). Naissance et vicissitude de 300 mots et loc.: essai de sémantique... Paris, 1935, p. 23.

renard [ʀ(ə)naʀ] n. m.
ÉTYM. 1240, Renart, n. propre, du francique Reginhart, de ragin « conseil » et hart « fort », cf. angl. hard, nom donné à l'animal dans le roman de Renart, Reinardus en lat., dès 1150, poème dont le succès accrédita le nom et élimina goupil.
———
I
A
1 Mammifère carnivore (Canidés) de la taille de certains chiens, au corps allongé, aux oreilles droites, à la tête triangulaire assez effilée, à la queue touffue, au pelage fourni. || Renard commun, à pelage jaune roux. || Renard charbonnier, à pelage parsemé de poils noirs. || Renard fauve, roux, doré; renard argenté. || Le renard est carnassier, il a une réputation d'adresse et de ruse (→ Fameux, cit. 2); il vit en terrier. Renardière. || Chasse, battue au renard. || L'extermination des renards, par crainte de la rage. || Le renard est classé parmi les « bêtes fauves rousses », les « bêtes puantes ». || Faire bouquer le renard.Cri du renard. Glapir (cit. 1 et 2), glapissement (cit. 2); jappement, japper.Élevage du renard (pour sa fourrure). || Peau (cit. 22) de renard.
REM. Dans la langue courante, renard s'applique aussi à la femelle, sauf lorsqu'il est nécessaire d'indiquer le sexe de l'animal (→ Renarde).
Par ext. || Renard bleu, renard polaire ( Isatis). || Renard de Virginie, à fourrure mouchetée.Renard des sables : fennec (canidé appartenant à une autre espèce).Renard phalanger.
Se dit de chiens sauvages, comme le culpeu (cit.).
tableau Noms de mammifères.
Renard volant, nom donné à un mammifère analogue au galéopithèque.
0.1 (…) des arbres chauves dont les feuilles sont remplacées par les renards-volants suspendus, qui s'envolent en ouvrant leurs ailes transparentes.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 401.
Le renard, dans la littérature (Roman de Renart, fables de La Fontaine, II, 15, III, 5, IV, 14, etc.). || Le chat et le renard (→ Archipatelin, cit.). || Le renard et la cigogne (→ 1. Dîner, cit. 2). || Le corbeau et le renard (→ Dupe, cit. 12). || Maître (cit. 81) renard. || Le renard et les raisins (→ Faim, cit. 1). || « Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris » (→ 1. Bas, cit. 63).
Prov. Un bon renard ne mange pas les poules de son voisin.
2 (1690). Peau, fourrure du renard, apprêtée. || Une cravate en imitation (cit. 21) de renard. || Manteau à col de renard.Porter un renard argenté, un renard bleu.
3 a (XIIIe). Par compar. || Ruser, tromper comme un renard. || Fourbe comme un renard. || Un flair (cit. 2) de vieux renard.
1 Combien y a-t-il d'hommes qui vivent du sang et de la vie des innocents (…) d'autres, comme des renards, qui vivent d'industrie, et dont le métier est de tromper !
La Rochefoucauld, Réflexions diverses, II.
b (XIIIe). Fig. Personne fine et rusée, subtile (l'accent étant mis soit sur la subtilité, l'astuce, soit sur la malfaisance). aussi Chacal, loup. || Un fin renard. || La souplesse et la ruse de ces vieux renards (→ Manœuvrer, cit. 11).
4 Loc. fam. (Fin XVe; fréquente chez Rabelais). Vieilli. Écorcher le renard : rendre, vomir (à cause, soit du bruit que fait le renard qui se gratte la gorge, soit de la coutume qui consistait à passer la queue du renard par sa gueule, en retournant sa peau, soit encore de la nausée que donne l'odeur du renard qu'on écorche). Cf. Sainéan, la Langue de Rabelais.
1.1 Bataille, en effet1, où les navrés de Bacchus gagnaient en chancelant quelque angle obscur, et la tête appuyée à la muraille, écorchaient piteusement le renard, moqués de leurs compagnons plus robustes d'estomac et versaient du vin au lieu de sang.
1. (Il s'agit d'une beuverie).
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, XII, p. 103.
On a dit aussi tirer au renard, piquer un renard.
2 (…) j'ai été un des plus gaillards, si ce n'est le plus gaillard des passagers. Il n'en est pas de même de Maxime (du Camp) ni de Sasetti qui ont piqué une assez grande quantité de renards !
Flaubert, Correspondance, 234, 7-8 nov. 1849.
5 Renard de mer. Alopias.
(Dans des noms de plantes). || Raisin-de-renard. Parisette. || Queue de renard, ou, ellipt., renard. Queue-de-renard.
B (XVIIIe). Fig., vx. Compagnon charpentier.
(XIXe). Mouchard, espion. Mouton (cit. 19).Ouvrier qui refuse de faire grève. Jaune.
3 L'unanimité ne régnait pas parmi les grévistes sur les méthodes à suivre avec les renards.
Aragon, les Cloches de Bâle, III, IX.
———
II (Par compar. avec la queue du renard).
1 Crochet pour haler le bois.
2 Loupe (2. Loupe) de métal qui se détache (Buffon, in Littré).
3 Mar., navig. Plateau qui portait une rose des vents et des trous où l'on fichait des chevilles (ou « poules ») pour indiquer les routes à suivre pendant le quart.
4 (1690). Fente, trou par où se perd l'eau d'un canal, d'un bassin.Mar. Légère rentrée d'eau (au niveau des rivets de la coque, par exemple).
DÉR. Renarde, renardé, renardeau, renarder, renardière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • renard — 1. (re nar ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l s ne se lie pas : des re nar écorchés ; cependant quelques uns la lient : des re nar z écorchés) s. m. 1°   Quadrupède carnassier à longue queue, du genre chien. •   Il… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • renard — RENARD. s. m. Beste puante, maligne & rusée, qui vit de rapine. Vieux renard. la chasse aux renards. prendre des renards. renard noir. enfumer des renards. le renard se terre. les soldats se terroient comme des renards. peau de renard. queuë du… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Renard — ist ein Familienname. Es gibt ihn aber auch als männlichen Vornamen. Es ist die französische Form von Reinhard. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung 2 Bekannte Namensträger 3 Sonstiges …   Deutsch Wikipedia

  • Renard — (French for fox ) can indicate:Fictional characters and art*Renard, an alternate spelling of Reynard, an anthropomorphic fox of European folklore * Renard (Stravinsky) , a 1916 opera ballet by Igor Stravinsky premiered by the Ballets Russes with… …   Wikipedia

  • Renard R-16 et R-17 — Renard R 17 Type Avion de transport Motorisation Moteur Renard type 100 de 110 ch Dimensions Envergure 9,20 m Longueur …   Wikipédia en Français

  • RENARD (J.) — «Homme de lettres», Renard vécut pour écrire, pour écrire «juste» et pour écrire «vrai». À l’écart des écoles et des vogues passagères, rebelle à toute influence autre que celle des classiques français, il abandonne bien vite les formes usées de… …   Encyclopédie Universelle

  • Renard R-31 — Renard R.31 Renard R.31 Constructeur …   Wikipédia en Français

  • Renard R-30 — Type Trimoteur léger Motorisation Moteur 3 Renard 5 cylindres de 120 ch Dimensions Envergure 15,00 m Longueur 10,00 m …   Wikipédia en Français

  • Renard — Ren ard (r?n ?rd), n. [F. renard the fox, the name of the fox in a celebrated epic poem, and of German origin, G. Reinhard, OHG. Reginhard, properly, strong in counsel; regin counsel (akin to Goth. ragin) + hart hard. See {Hard}.] A fox; so… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Renard — Renard, Renart Nom de personne d origine germanique, Raginhard (ragin = conseil + hard = dur). Faut il le rappeler, le nom commun renard est au départ un prénom, et c est la popularité du goupil, nommé Renart dans le célèbre roman médiéval, qui… …   Noms de famille


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.